Aller au contenu

Dossier : Vous êtes propriétaire / Copropriété

Financement des travaux dans une copropriété

Les copropriétaires occupants ou bailleurs peuvent bénéficier d’aides pour financer les travaux réalisés dans leur logement. Par ailleurs, le syndicat de copropriétaires peut également solliciter des aides pour le financement de travaux portant sur les parties et équipements communs à la copropriété et les parties privatives d’intérêt collectif.

Financements mobilisables par les copropriétaires

Différents prêts (liste non exhaustive)

Aides de l'Anah (liste non exhaustive)

  • Pour l’hexagone :
    • MaPrimeRénov’ Parcours accompagné (dit aussi "MPR Accompagné"), à destination des propriétaires occupants et bailleurs pour des travaux de rénovation énergétique globale ;
    • Ma Prime Logement décent (MPLD), à destination des propriétaires occupants pour des travaux de lutte contre l’habitat indigne ou dégradé ;
  • Pour l’hexagone et les outre-mer :
    • MaPrimeRénov’ par geste (dit aussi "MPR par geste"), à destination des propriétaires occupants et bailleurs pour des travaux de rénovation énergétique (MaPrimeRénov’ en hexagone / MaPrimeRénov’ en outre-mer) ; 
    • MaPrimeAdapt’ (MPA), à destination des propriétaires occupants pour les travaux d’adaptation et d’accessibilité des logements en faveur des personnes âgées et handicapées.

Avantages fiscaux liés aux travaux (liste non exhaustive)

  • TVA à taux réduit (en France métropolitaine, celle-ci peut, selon le cas, être de 5,5% ou 10%. En Martinique, en Guadeloupe et à La Réunion, elle est de 2,1%) ;
  • Exonération de Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) en faveur des travaux d’économie d’énergie (soumis à un vote du conseil municipal de votre commune ou de votre EPCI) ;
  • Pour les locataires et les propriétaires occupants, le crédit d’impôt en faveur de l’aide à la personne ;
  • Pour les propriétaires bailleurs :
    • le déficit foncier pour les dépenses de réparations, d'entretien et d'amélioration si vous avez opté pour le régime réel d’imposition ;
    • les dispositifs d’investissement locatif Loc’Avantages et Denormandie.

Autres aides (listes non exhaustive)    

Financements mobilisables par le syndicat des copropriétaires

Différents prêts (liste non exhaustive)

Emprunt collectif

Il s’agit d’un prêt accordé par une banque à la copropriété pour financer les travaux réalisés sur les parties communes ou sur les parties privatives pour les travaux d’intérêt collectif. Pour pouvoir recourir à cet emprunt collectif, les copropriétaires doivent donner leur autorisation en assemblée générale. Cette décision est prise à l’unanimité lorsque l’ensemble des copropriétaires souhaitent financer les travaux avec ce prêt.
Lorsqu’une partie des copropriétaires souhaitent recourir à cet emprunt, ou lorsqu’il permet de préfinancer des subventions publiques, la décision est alors prise à la même majorité que celle nécessaire au vote des travaux.

Éco-PTZ copropriété

L’Éco-PTZ est octroyé à la copropriété représentée par le syndic. Il est mobilisé pour des copropriétés existantes (immeuble construit depuis plus de 2 ans). 

Les travaux finançables sont les travaux sur des parties privatives faisant l’objet d’une rénovation d’intérêt collectif ou sur des parties communes. Ces travaux devront être achevés dans les trois ans suivant l’émission du contrat de prêt.
Le montant de ce prêt peut aller de 7.000 € à 50.000 € pour une durée de remboursement comprise 15 ans.

Prêt conventionné

Le syndicat des copropriétaires qui réalise des travaux d’amélioration ou de performance énergétique peut bénéficier d’un prêt conventionné. Pour en bénéficier, les logements appartenant à des personnes physiques et à usage de résidence principale doivent représenter la moitié au moins du nombre total de voix. Le taux d'intérêt du prêt varie selon les établissements de crédit dans la limite d'un maximum réglementé.

Les aides de l’Anah (liste non exhaustive)

  • Pour l’hexagone :
    • MaPrimeRénov’ Copropriété (dit aussi "MPR Copro"), pour des travaux de rénovation énergétique visant à améliorer la performance globale des logements situés dans une copropriété (hors copropriété en difficulté)  ;
    • MaPrimeRénov’ Petite copropriété (dit aussi "MPR Petite copro"), pour des travaux de rénovation énergétique visant à améliorer la performance globale des logements situés dans des copropriétés de 20 lots ou moins.
  • Pour les outre-mer :
    • MaPrimeRénov’ Copropriété outre-mer (dit aussi "MPR Copro outre-mer"), pour des travaux de rénovation énergétique visant à améliorer la performance globale des logements (hors copropriété en difficulté).
  • Pour l’hexagone et les outre-mer :
    • MaPrimeRénov’ Copropriété en difficulté (dit aussi "MPR Copro en difficulté"), pour des travaux de rénovation énergétique.

Avantages fiscaux liés aux travaux (liste non exhaustive)

  • TVA à taux réduit ;
  • Exonération de Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) ;

Autres aides (listes non exhaustive)    

  • Certificats d’économie d’énergie (CEE) ;
  • Aides des collectivités locales : certaines collectivités territoriales (région, département, communes) accordent des aides, des prêts voire des subventions selon des conditions définies localement….
  • Tiers-financement : les opérations de rénovation énergétique des bâtiments peuvent bénéficier d’un service de tiers-financement. Ce dispositif consiste à faire financer les travaux par un tiers qui gère l’opération de la conception des travaux jusqu’à leur réalisation en intégrant le financement.
  • Fonds de travaux : depuis le du 1er janvier 2017, les copropriétés doivent mettre en place un fond de travaux pour faire face à aux travaux prescrits par les lois et règlements et ceux décidés par l’assemblée générale des copropriétaires. Dans certains cas, ce fonds peut être facultatif comme les copropriétés de moins de 10 lots qui peuvent décider de ne pas constituer de fonds de travaux par une décision unanime de tous les copropriétaires.
    Ce fonds est financé par une cotisation annuelle obligatoire versée par les copropriétaires. Cette cotisation est payée de la même façon que les provisions du budget prévisionnel. Les sommes versées sont attachées aux lots et définitivement acquises à la copropriété. Il n’y a donc aucun remboursement possible du syndic en cas de vente d’un lot. Rien n’empêche le vendeur et l’acquéreur de convenir d’un remboursement.
    Le montant du fonds de travaux est décidé par l’assemblée générale et ne peut être inférieur à 5 % du budget prévisionnel. De plus, lorsqu’un projet de Plan pluriannuel de travaux (PPT) a été adopté, son montant doit également correspondre au minimum à 2,5 % du montant des travaux prévus.
    Si le diagnostic technique global a été réalisé et qu’il montre qu’il n’est pas nécessaire de réaliser de travaux pendant dix ans, le syndicat n’a plus l’obligation de constituer un fonds de travaux pendant la durée de validité du diagnostic.

Les autres articles de "Copropriété"

  • Devenir propriétaire : achat d'un logement en copropriété

    Acheter en copropriété signifie devenir propriétaire d'un ou plusieurs lots dans un immeuble appartenant à plusieurs personnes. Chaque copropriétaire dispose de parties privatives et d'une quote-part de parties communes appelée "tantièmes de copropriété".

  • Syndicat de copropriétaires et conseil syndical

    Le syndicat de copropriétaires administre les parties communes et assure la conservation de l’immeuble et la défense des intérêts collectifs. Le conseil syndical a un rôle d'assistance et de contrôle mais peut se voir confier d'autres missions.

  • Syndic de copropriété

    Professionnel ou non, le syndic est mandaté par le syndicat des copropriétaires. Il a pour mission d'assurer l’exécution des dispositions du règlement de copropriété et des décisions prises en assemblée générale, d'administrer l'immeuble...

  • Assemblée générale des copropriétaires

    Les copropriétaires sont invités au moins une fois par an à participer à l'assemblée générale. Au cours de cette assemblée, sont prises les décisions importantes nécessaires au bon fonctionnement de la copropriété.

  • Règlement de copropriété

    A quoi sert le règlement de copropriété ? Qui l'élabore ? Comment le modifier ?

  • Immatriculation des copropriétés

    L’immatriculation des copropriétés consiste à inscrire dans un registre national les immeubles d’habitation des informations recueillies.

  • Immatriculation d’une copropriété gérée par un syndic bénévole

    En tant que représentant légal de la copropriété, l’immatriculation de la copropriété doit se faire. Elle consiste à inscrire dans un registre national les immeubles les informations concernant votre identité (civilité, nom, prénom), votre adresse électronique, votre numéro de téléphone, ainsi que votre adresse postale.

  • Individualisation des frais de chauffage et de refroidissement

    Les immeuble(s) collectifs, notamment les copropriétés, doivent procéder à l’installation d’un appareil pour connaître la consommation individuelle en chauffage de chaque logement.

  • Charges de copropriété

    La copropriété fonctionne grâce aux versements obligatoires de provisions effectués par les copropriétaires. Le règlement de copropriété fixe la répartition des charges ainsi que le contenu des charges générales et spéciales.

  • Travaux : de la prise de décision à la réalisation

    Les décisions concernant la réalisation de travaux dans les parties communes ou sur les équipements de la copropriété sont prises par l'ensemble des copropriétaires lors de l’assemblée générale.

  • Travaux et majorités

    Les décisions concernant la réalisation de travaux dans les parties communes ou sur les équipements de l'immeuble sont prises par l'assemblée générale. Selon l’importance des travaux, les règles de majorité différentes s’appliquent

  • Travaux d’économies d’énergie

    Les travaux d’économies d’énergie sont des travaux qui permettent de réduire la consommation énergétique d'un immeuble. Ils peuvent être réalisés sur les parties et équipements communs ainsi que sur les parties privatives pour les travaux d'intérêt collectif à la demande du syndicat (représenté par le syndic).

Retour en haut de page